top of page
Rechercher

Evaluation des apprentissages en certification, micro-certification et formation continue : le match

Dernière mise à jour : 4 janv.


Cet article de PEDAGOFORM relatif à l'évaluation des apprentissages a été relayé par Centre Inffo en novembre 2023




L’évaluation des apprentissages en formation peut revêtir différentes formes et différents aspects, comme vous le savez, selon l’objectif que vous vous assignez, et plus particulièrement les objectifs de la formation et les objectifs pédagogiques de la formation conçue.


Mais la création des évaluations diffère-telle selon le format de la formation ? Seront-elles différentes selon qu’elles sont mises en œuvre dans un parcours de formation certifiant, dans le cadre d’une micro-certification, dans le cadre d’une formation, j’allais dire « toute simple ».


Matchons, matchons sur les modalités d’évaluation associées à chacun de ces formats.


L’évaluation en mode certification


Si vous êtes aguerris à la conception de référentiels d’activités et de compétences dans le cadre de l’enregistrement de certifications auprès de France Compétences, alors vous vous appuyez sur les notes et guides de France Compétences pour concevoir les modalités d’évaluation associées à chaque compétence du référentiel et élaborer le référentiel d’évaluation de la certification.

Sans pouvoir revisiter ou synthétiser ici le cadre défini pour les évaluations par France Compétences, retenons toutefois en substance pour vos évaluations certifiantes :

  • Qu’il convient de créer un jury

  • Que chaque modalité d’évaluation est associée à une compétence et que cette modalité doit être pertinente eu égard à l’écriture fine de la compétence à atteindre

  • Que le quiz, le questionnaire, le test ou QCM est banni, sauf s’il est relié à une autre épreuve d’évaluation ou intervient en complément de celle-ci puisque l’on cherche à évaluer des compétences, et non des connaissances

  • Que toute cette modélisation de l’évaluation emporte parfois la mise en œuvre de modalités d’évaluation « standardisées », notamment si la formation est développée à grande échelle avec la réalisation de conditions d’examen, d’une charte suivies par l’ensemble des organismes habilités par le certificateur


Petite analyse réflexive du challenge de la construction des évaluations des apprentissages en certifiant

L’évaluation certifiante a ses avantages :

👉 Elle institue une reconnaissance « suprême » pour le candidat qui l’obtient car elle va lui ouvrir les portes de l’emploi, de l’évolution ou de la reconversion professionnelle ;

👉 N'oublions pas qu’elle est aidante pour le candidat qui souhaite utiliser le compte personnel de formation pour le financement de sa formation.


L’évaluation certifiante comporte toutefois des contraintes ou, elle entraîne, à tout le moins, des vigilances fortes pour le certificateur qui la crée et la déploie ou pour l’organisme habilité qui la met en œuvre :

👉 La création du jury (d’évaluation ou de certification) : ce dernier emporte une vocation en majorité « professionnelle », ce qui suppose l’existence ou la création d’un réseau de professionnels autour de l’organisme de formation, connaissant la certification ou son domaine pour assurer l’évaluation,

👉 Il convient souvent d’harmoniser les membres de jurys afin qu’ils s’appuient correctement, lors des évaluations sur les critères et indicateurs du référentiel d’évaluation enregistrés auprès de France Compétences.



L’évaluation en mode micro-certification


Les microcertifications peuvent contribuer à certifier les acquis de petites expériences d’apprentissage sur mesure. Elles permettent l’acquisition ciblée et flexible de connaissances, d’aptitudes et de compétences afin de répondre aux besoins nouveaux et émergents de la société et du marché du travail, et offrent aux individus la possibilité de remédier aux déficits de compétences qu’il leur faut combler pour réussir dans un environnement en mutation rapide, sans se substituer aux certifications traditionnelles.


Le cadre des micro-certifications est mieux défini par une recommandation du Conseil de l’Europe du 16 juin 2022 sur « une approche européenne des microcertifications pour l’apprentissage tout au long de la vie et l’employabilité ». On les appelle également : Micro-certificats, micro-crédits, micro-titres (de compétences), titres numériques…

Ces certifications n’ont bien évidemment pas la portée de certifications enregistrées au répertoire national ou au répertoire spécifique de France Compétences mais il ne faut pas nier leur intérêt à l'heure où l'enregistrement des certifications auprès de France Compétences devient une démarche plus que conséquente, qui engendre des obligations importantes pour le certificateur : ainsi, cette alternative « non règlementée » paraît vouée à un bel avenir… si on la met en œuvre à bon escient.


Sans pouvoir revisiter ou synthétiser tous les avantages liés aux évaluations à créer dans le cadre d’une micro-certification, retenons toutefois en substance pour vos évaluations en micro-certification :

  • La flexibilité : Elles peuvent s’adapter à un changement subi, une nouvelle règlementation par exemple, contrairement à un référentiel de compétences et d’évaluation enregistrés pour plusieurs années

  • La gamification : le système de reconnaissance, notamment via des badges virtuels, peut amener à ludifier la formation en associant l'apprentissage à une récompense


Petite analyse réflexive du challenge de la construction des évaluations des apprentissages en micro-certifiant

👉 L’évaluation conçue en micro-certification doit être « reconnaissable » : les micro-certifications constituent une véritable valeur ajoutée lorsqu'elles sont "identifiables" et « lisibles » du côté des recruteurs potentiels. Ainsi l’évaluation conçue en micro-certification a tout son sens lorsque le badge virtuel est universel, compréhensible et intégrable sur des CV ou des plateformes de recrutement

👉 L’évaluation conçue en micro-certification doit être modélisée pour que le badge virtuel ne soit pas « gadgétisé » mais qu’au contraire, son attribution se réfère à des critères/indicateurs bien objectivisés des compétences ainsi validées par l’apprenant qui a suivi un parcours micro-certifiant.



L’évaluation en mode formation continue


C’est l’évaluation la plus pratiquée, la plus courante. L’évaluation en mode formation continue comporte l’avantage indéniable d’être hypra souple et flexible, méga-agile : en alternant des évaluations formatives et sommatives, le formateur peut s’assurer une progression pédagogique en créant des balisages réguliers pour l’apprenant avant de passer à un autre objectif pédagogique, un autre message clé pour le développement des compétences. Des questions clé se posent à l’évidence avant sa conception et sa mise en œuvre :

  • Que vais-je évaluer ?

  • Comment vais-je évaluer ?

  • Avec quel outil ?

  • A quel moment de la formation ?

  • Comment vais-je annoncer la réalisation de cette évaluation aux stagiaires ?

👉 La construction de l’évaluation est loin d’être le fruit du hasard si l’on souhaite qu’elle soit pertinente pour le développement des apprentissages.


Petite analyse réflexive du challenge de la construction des évaluations des apprentissages en formation continue

👉 De nos jours, l’évaluation en formation continue constitue une grande et belle opportunité de créativité pour les formateurs car tout le challenge de la mise en œuvre de l’évaluation en formation continue peut consister à sortir du fameux quiz… et d’aller vers l’évaluation des compétences et non l’évaluation exclusive des connaissances... de penser « savoir-faire » et « savoir être » en priorité : mise en situation, pitch, tuto, podcast, évaluation par les pairs… et bien d’autres peuvent être inventés.

👉 L’évaluation en formation continue s’appuie sur le concept d’alignement pédagogique à bien introspecter lors de l’écriture du scénario pédagogique : à la relecture finale d’un scénario pédagogique, il n’est pas rare de devoir ré-écrire ou réajuster les objectifs pédagogiques initialement rédigés lorsqu’on se projette sur la modalité d’évaluation afin d’atteindre un niveau d’alignement correct.



Mais alors quelle modalité d’évaluation a gagné le match ? A n’en pas douter, quel que soit le format de la formation, ces challenges constituent souvent des opportunités de créativité pour les équipes pédagogiques !



Sans prétention d’aucune Vérité ... juste un petit billet de plus pour prendre du recul sur nos pratiques et nous permettre de réfléchir ! Belles inventions pédagogiques à vous !



__________________________________________________________


POUR ALLER PLUS LOIN


L’évaluation en formation – Pilotez et maximisez l’efficacité des formations – Jonathan Pottiez – Edition Dunod – 3ème EDITION


France Compétences – Préconisations relatives à l’évaluation des compétences professionnelles – 2021 - NOTE FRANCE COMPETENCES


Micro-certifications : un nouvel objet certifiant - Replay d’un webinaire du FFFOD (Forum des acteurs de la formation digitale) - REPLAY


Thot Cursus : la micro-certification révolutionne les critères traditionnels du marché du travail – ARTICLE 2020


Dossier Etat de l’Art « Micro-formation, micro-action, mobile learning : la formation au bout des doigts » : A TELECHARGER


__________________________________________________________


POUR CONTINUER


FORMATION "EVALUER EN FORMATION, EN CERTIFICATION OU EN MICRO-CERTIFICATION : LES 4 ETAPES CLE"






45 vues0 commentaire

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page